Les vacances avec les grands-parents

Les vacances avec les grands-parents

Extrait de Le (nouvel) art d’être grand-parent.

Le nombre d’enfants accueillis par les grands-parents pour les vacances a fortement augmenté au cours du 20e siècle : la moitié des familles concernées aujourd’hui, contre seulement un tiers dans les années 1930 et 1950.
Garder ses petits-enfants occasionnellement ou régulièrement la journée, c’est une chose. Les avoir plusieurs jours de suite, c’en est une autre.
En effet, cela suppose une séparation longue d’avec les parents, et ceux-ci ne sont pas toujours d’accord avec les grands-parents sur le moment où leur enfant est prêt pour cette séparation.
Beaucoup de grands-parents regrettent de ne pas « avoir » leurs petits-enfants pour plusieurs jours, même lorsque ceux-ci sont encore bébé, et sont alors enclins à accuser le maternage proximal de créer une « fusion » trop grande et trop longue avec la maman.
L’allaitement prolongé fait souvent partie des « accusés ». Marie-Lise : « En ce moment, le truc de ma belle-mère, c’est de me demander quand j’arrêterai d’allaiter ma fille pour qu’elle puisse la garder quelques jours. Évidemment, je la remballe gentiment et on en reste là, même si elle insiste beaucoup ! »

Si l’on attend que l’enfant soit bien prêt, ce sera vraiment un plaisir partagé pour les grands-parents et le petit-enfant. Floriane peut en témoigner : « Dès la première année, ma maman m’a demandé d’emmener son petit-fils en vacances, il avait 9 mois. Elle a elle-même compris au fil des semaines que ce ne serait pas possible : il était encore exclusivement allaité et pas encore diversifié. Finalement, on a trouvé un compromis : j’ai rejoint mes parents sur leur lieu de vacances. L’été dernier, elle a réitéré sa demande. Il avait presque 3 ans, était encore allaité et n’avait jamais dormi sans moi. J’étais enceinte de quatre mois et demi. J’en ai discuté avec mon fils, qui avait très envie d’aller en vacances avec sa “mémé”, mais voulait que je vienne avec lui. C’était envisagé comme cela au départ, mais un souci de santé lié à ma grossesse en a décidé autrement. Mon fils est donc parti cinq jours en camping avec ses grands-parents, pendant que je me reposais. Une fois la décision prise, il est parti fièrement dans leur voiture, sans larmes. Il était vraiment motivé. Le dodo s’est bien passé, ma maman lui a lu des histoires le soir jusqu’à ce qu’il s’endorme. Il a parfois appelé une fois la nuit, elle lui a parlé et il s’est rendormi immédiatement. Les journées, ils se sont bien entendus, bien amusés. Ils ont fait plein d’activités sympa : deux parcs d’attractions, parcs, plage… Puis, je les ai rejoints pendant quatre jours. Je devais ensuite rentrer pour un rendez-vous médical, et mon fils a clairement exprimé le souhait de rester encore quelques jours en vacances avec ses grands-parents. Il est donc rentré seulement la semaine suivante. Il est prêt à repartir avec eux l’année prochaine ! »

Même la différence de langue n’est pas un obstacle pour les enfants de Daniela : « Ma maman vit en Bulgarie, et tous les ans, elle vient garder nos chéris pendant les vacances de l’assistante maternelle. Elle ne parle pas français, notre grand ne parle presque pas bulgare, et le petit, tout juste 2 ans, n’est pressé de parler ni français, ni bulgare. Tous les ans, c’est le même scénario : maman arrive très inquiète, comment ça va se passer avec mes enfants ? Quand on a eu notre deuxième, inquiétude supplémentaire : est-ce que je saurai faire avec deux enfants (je suis fille unique) ? Au final, ça se passe toujours super bien, et mes chéris sont tristes quand elle part. Elle n’est pas tellement maternante, mais elle sait les occuper et éveiller leur curiosité, sans parler qu’ils passent beaucoup de temps en balade dans les parcs. Elle parle bulgare, notre grand répond en français, et ça roule quant même super bien. Vu l’éloignement (vrai aussi pour les grands-parents paternels, même s’ils sont moins loin que la Bulgarie), les enfants les voient rarement mais sont toujours ravis de les retrouver. »

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Derniers Tweets

Archives

venenatis et, leo fringilla ut dapibus odio efficitur. luctus

Pin It on Pinterest