Quand la science vient soutenir le maternage

Quand la science vient soutenir le maternage

Ces dernières années, les connaissances sur le cerveau et son fonctionnement ont fait d’énormes progrès. Et l’on peut maintenant voir, grâce aux techniques d’imagerie cérébrale, les conséquences de telle ou telle pratique éducative sur le cerveau en développement du bébé et de l’enfant.

Vous aurez sûrement remarqué qu’aussi bien dans mes articles que dans mes livres et mes conférences, j’aime bien appuyer mes dires sur des études, des « preuves » scientifiques, des arguments « evidence-based » comme on dit en anglais (fondés sur des preuves).
Pour certains, ce genre d’arguments est complètement inutile, ils préfèrent s’appuyer sur leur ressenti, leurs émotions. Si les pratiques de maternage proximal leur semblent « justes », qu’ils les ressentent ainsi, cela leur suffit, inutile pour eux qu’elles soient aussi « justifiées » par la science.
Mais bon, ma tournure d’esprit n’est pas celle-là, et j’ai toujours pensé intéressant de voir une ou plusieurs études venir conforter l’intérêt de telle pratique ou la nocivité de telle autre. Ne serait-ce que pour donner des arguments aux parents qui la pratiquent face à un entourage souvent sceptique, voire carrément critique. L’objectif de tous mes petits Jouvence est bien là : donner aux parents des « munitions » pour justifier leurs façons de faire avec leurs enfants, que ce soit pour eux-mêmes ou pour les autres, et pouvoir faire des choix « éclairés ».

Les découvertes sur le cerveau de l’enfant

C’est pourquoi j’étais heureuse lorsqu’en 2007 est sortie la traduction française de l’ouvrage de Margot Sunderland, sous le titre Un enfant heureux [1]. Son sous-titre, Faites des choix éducatifs avertis grâce aux récentes découvertes scientifiques, ne pouvait que me plaire !
Et encore plus heureuse quand, en 2014, est sorti l’ouvrage de la pédiatre Catherine Guéguen (enfin une Française !), dont le titre et le sous-titre, Pour une enfance heureuse. Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau [2], laissaient augurer un ouvrage dans la même ligne que le précédent.
Sa lecture ne m’a pas déçue. Il montre comment les progrès réalisés ces dernières années en neurosciences affectives peuvent « aider à mieux connaître et comprendre l’enfant, à découvrir ses besoins fondamentaux, ce qui peut contribuer ou au contraire faire obstacle à son développement harmonieux ».
Il montre les dégâts que peut engendre la « violence éducative ordinaire ». Il montre comment le stress répété est un poison pour le cerveau en développement de l’enfant et fait vieillir plus vite [3].
Il montre comment, au contraire, un maternage bien-traitant, en permettant l’expression de certains gènes (par exemple le gène NRC31 qui prémunit contre le stress) et en augmentant la production de certaines molécules vitales pour le développement du cerveau (par exemple le BDNF [4]), produit des adultes sociables et bien dans leur peau. L’expérience a été faite sur des souriceaux, mais qui peut croire que ce n’est pas vrai aussi pour nos bébés ?

 

[1] Éditions Pearson. Assez vite épuisé, il s’est retrouvé sur le « marché noir » à des prix prohibitifs (d’occasion jusqu’à 343,95 € sur Amazon !!), mais il a heureusement été republié par un autre éditeur (Hurtubise Éditions HMH), sous un nouveau titre : La science au service des parents. Comprendre et élever son enfant grâce aux nouvelles découvertes scientifiques. Personnellement, j’aime bien cette idée de « science au service des parents » !
[2] Éditions Robert Laffont, collection Réponses.
[3] En raccourcissant les télomères, qui sont l’extrémité des chromosomes.
[4] Brain-Derived Neurotrophic Factor.

 

Cette chronique est parue dans le n° 51 de Grandir autrement.

Illustration : street art à Miami.

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Derniers Tweets

Archives

Phasellus leo. risus consectetur odio justo dolor. fringilla

Pin It on Pinterest