L’hypothèse de la grand-mère

L’hypothèse de la grand-mère

Chez pratiquement tous les mammifères, les femelles ne vivent pas au-delà de leur période féconde. Pourquoi est-ce différent chez les humains ? Pourquoi les femmes vivent-elles (de plus en plus) longtemps après qu’elles soient ménopausées et ne puissent plus avoir d’enfants ?
D’un strict point de vue évolutionniste, cela semble du gâchis !
Pour tenter de répondre à cette question, les sociobiologistes ont imaginé ce qu’ils appellent « l’hypothèse de la grand-mère » [1].
Pour eux, « la longue période de la post-ménopause est en fait partie intégrante du plan reproducteur de l’organisme humain » [2]. En effet, les femmes âgées influencent de manière positive le succès biologique de la famille, à travers notamment les soins donnés par la grand-mère à la progéniture de sa fille.
Comme le raconte Sarah Blaffer Hrdy, « supposons qu’il ait existé autrefois une collecteuse (de nourriture) dévouée avec un complément fortuit de gènes. Elle a réussi à vivre au-delà du moment où les ovaires des primates sont normalement épuisés. Parce qu’elle était une collecteuse efficace et déjà prédisposée à aider sa famille, elle a canalisé le surplus de nourriture vers ses petits-enfants récemment sevrés lorsque sa propre fille (ou peut-être la partenaire de son fils ou de son frère) avait un nouveau bébé. Ainsi, les gènes contribuant à la longévité, partagés par cette parenté, ont fini par être surreprésentés dans la succession des générations, menant à une lignée de femmes qui vivaient jusqu’à soixante ou soixante-dix ans » [3].
« L’archétype, ce sont les grands-mères des Hadza, groupe d’un millier de nomades du nord de la Tanzanie, qui vivent de chasse et de cueillette, tout comme nos ancêtres il y a environ un million d’années. Kristen Hawkes, anthropologue à l’Université de l’Utah, a découvert que les vieilles femmes Hazdas fournissaient bien plus de nourriture que la plupart des autres membres du groupe, ce qui la conduisit à penser que “l’hypothèse de la grand-mère nous permet d’envisager très différemment pourquoi les êtres humains modernes ont brusquement été capables d’aller partout et de tout faire”. » [4]

 

[1] Voir sur Wikipedia : Hypothèse de la grand-mère.
[2] Voir l’ouvrage passionnant de Sarah Blaffer Hrdy, Les instincts maternels, Payot, 2002.
[3] Ibid.
[4] Katherine Ellison, Le cerveau des mères, Marabout, 2008.

 

Extrait de Le (nouvel) art d’être grand-parent.

Un article (en anglais) sur le pourquoi de la ménopause chez les orques et sans doute aussi chez les êtres humains : What can killer whales teach us about the menopause?

A propos de l'auteur

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Derniers Tweets

Archives

venenatis, nec dolor Lorem quis sed

Pin It on Pinterest