Comment voyager avec un bébé allaité

Comment voyager avec un bébé allaité

Avec un bébé allaité, on peut voyager léger, les mains dans les poches : pas besoin de se préoccuper de sa nourriture. Le sein sera toujours là, non seulement pour le nourrir, mais aussi pour l’apaiser, l’endormir, le rassurer dans des lieux et avec des personnes inconnus.

En effet, la première année, l’essentiel de l’« environnement » du bébé, ce sont ses parents. Il est donc tout à fait possible de l’emmener un peu partout, sans qu’il soit particulièrement perturbé. On peut même l’embarquer vers des contrées lointaines, lui faire prendre l’avion ou le bateau, visiter avec lui l’Inde ou la Chine…
En fait, il est même plus facile de faire tout cela avec un bébé de quelques mois, qui sera très généralement content de passer son temps à téter, dormir et se balader sur le dos de Papa ou Maman, qu’avec un plus grand, qui aura d’autres exigences.

En train, en voiture, en avion

Un voyage en avion avec un bébé allaité se passe le plus souvent bien. Aux moments où l’on doit être attaché (notamment lors du décollage et de l’atterrissage où il est recommandé de lui donner le sein pour éviter les oreilles qui se bouchent), le bébé doit l’être aussi, au moyen d’une extension de ceinture ; la position recommandée (bébé en position assise, son dos contre le ventre de la mère) n’est pas vraiment adaptée à la tétée, mais il est possible de desserrer un peu l’extension et de repositionner le bébé de manière à pouvoir le mettre au sein, en le tenant fortement.
Le train est encore plus commode car, en plus de l’accès sans problème au sein, il permet de se balader au lieu d’être coincé sur son siège.
La voiture… c’est selon : certains bébés vont s’y endormir sans problème et y rester endormis de longues plages de temps, alors que d’autres supporteront très mal de rester attachés et réclameront à de multiples reprises de pouvoir téter. Dans ce cas, il faudra faire de nombreux arrêts-tétées ou, si la mère ne conduit pas, montrer quelques talents de contorsionniste… Marie-Florence se souvient « de nombreux kilomètres à moitié tordue sur le siège bébé pour que ma fille puisse s’endormir, l’inconfort de la position étant largement compensé par l’absence de hurlements. Après quelques essais, j’ai trouvé la position la moins inconfortable, avec la ceinture un peu desserrée mais toujours attachée. Plus elle grandissait, plus c’était facile puisqu’elle attrapait le sein plus facilement ».

Merci au photographe Thierry Marius pour cette photo très parlante et toutes ses magnifiques photos d’allaitement

Pas d’inquiétude pour la nourriture

Pour un bébé exclusivement allaité, nul besoin de se préoccuper des conditions sanitaires dans le pays où l’on se rend, ni de la qualité de l’eau, ni de la sûreté de l’approvisionnement en lait en poudre : il dispose en permanence d’une nourriture complète, fraîche et non contaminée, et ne risque pas la « turista » !
Si l’enfant a commencé la diversification alimentaire, par contre, il faudra veiller à la qualité et la sécurité de ce qu’on lui proposera en plus du sein. Si l’on n’est pas sûr de trouver de la nourriture qui lui convienne, ça n’est pas grave, il y a toujours le lait de maman, et il peut revenir temporairement à un allaitement exclusif. En voyage au Pérou avec sa fille de 18 mois, Soazig a apprécié de ne pas avoir « de problèmes de ravitaillement en lait de croissance, même perdus au beau milieu du lac Titicaca. Nous avons effectué plusieurs longs voyages en bus, d’une durée de 6 à 18 heures, et la tétée permettait à ma fille de se désaltérer, de se nourrir et de se calmer pour ne pas courir partout dans le bus ».

Un petit bémol à apporter : certains bébés plus sensibles sont quand même perturbés par les changements de lieu, le fait de voir trop de nouvelles personnes et trop de lieux nouveaux. Cela peut notamment retentir sur leur sommeil. À vous de voir comment réagit votre bébé : dans certains cas, mieux vaut tranquillement passer les vacances à la maison..
Mais cela n’a rien à voir avec le fait que le bébé soit allaité ou pas !

Cet article est paru dans le n° 40 de Grandir autrement.

Une dernière question qu’on se pose souvent : faut-il donner de l’eau au bébé en cas de fortes chaleurs ? La réponse sur le site LLL : Allaitement et fortes chaleurs.

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Derniers Tweets

Archives

commodo Aliquam suscipit mattis Phasellus elit. Curabitur Praesent

Pin It on Pinterest