Les 5 choses que j’aimerais dire à propos de l’allaitement

Les 5 choses que j’aimerais dire à propos de l’allaitement

L’an dernier, j’ai enregistré une « masterclass » (un mot plutôt pompeux, mais bon…) sur l’allaitement pour May, une application (payante) destinée à aider les parents et futurs parents en répondant à toutes les questions qu’ils peuvent avoir.
L’un des points que je devais aborder, c’était « les 5 choses que j’aimerais dire à propos de l’allaitement ». 
Alors, bien sûr, c’est (très) court, mais pour moi, ce sont en effet des choses essentielles.
Les voici :

1. Si l’on vous dit que « vous ne pouvez pas allaiter parce que… », » vous devez arrêter d’allaiter parce que… », sachez que, dans presque tous les cas, c’est faux. On peut allaiter après une césarienne. On peut allaiter des jumeaux. On peut allaiter si on a la fièvre. On peut allaiter en prenant la majorité des médicaments présents sur le marché. On peut allaiter quand on souffre de la plupart des maladies aiguës et chroniques. Etc. Une seule chose à faire : en cas de problème, en cas de doute, contactez des personnes formées en allaitement, consultez des sites fiables comme celui de La Leche League France.

2. L’allaitement, ce n’est pas obligatoirement du tout ou rien. Si, pour une raison ou une autre, vous ne pouvez pas ou ne voulez pas faire un allaitement exclusif, sachez que toute dose de lait maternel, toute dose de tétées, est bonne à prendre. Même chose pour la durée : un peu d’allaitement vaut mieux que pas d’allaitement du tout !

3. La situation de l’allaitement chez nous fait que, bien souvent, c’est un vrai parcours du combattant, alors que ça ne devrait pas l’être. Il faut se battre pour obtenir les bonnes informations, il faut aller chercher le soutien là où il se trouve. Pensez à vous entourer d’un réseau de soutien efficace, à vous adresser aux bonnes personnes (bénévoles d’associations de soutien, consultantes en lactation, professionnels de santé formés), à côtoyer d’autres mères allaitantes.

4. Soyez fière de ce que vous aurez accompli, et ne culpabilisez pas si ce n’est pas à la hauteur de ce que vous espériez. Vous pouvez être triste de ne pas avoir réussi à allaiter comme vous le vouliez, le temps que vous vouliez, mais ce n’est pas votre faute !

5. Allaiter ne nécessite pas de mener une vie monacale, cloîtrée chez soi avec son bébé. N’hésitez pas à sortir, à voir des ami·e·s, à aller au restaurant, en balade (bon, pas trop en ce moment…*). On peut faire plein de choses avec un bébé allaité. Pas besoin d’une grande logistique. Avec un bébé allaité et porté, nul besoin de se transformer en déménageurs : bébé dans le porte-bébé, une couche dans la poche, et le tour est joué !

  • l’enregistrement s’est fait pendant le deuxième confinement…

Illustration : tableau du peintre ukrainien Petr Basanets.

A propos de l'auteur

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef de la revue "Allaiter aujourd'hui !" Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Prochains événements

  • Aucun événement à venir
  • Derniers Tweets

    Archives