Allaitement long et humanisation

Allaitement long et humanisation

Éditorial du n° 131 d’Allaiter aujourd’hui, avril 2022.

Début janvier, un documentaire passionnant est passé sur France 5 : Kromdraaï, à la découverte du premier humain [1].

Sur ce site de Kromdraaï (Afrique du Sud), le paléoanthropologue José Braga a récemment mis au jour les ossements de deux enfants ayant vécu à la même époque, il y a 2,5 millions d’années, l’un humain, l’autre paranthrope (l’un de nos proches cousins, comme son nom – « à côté de l’homme » – l’indique).

Cette découverte est primordiale, car on ne disposait pas jusqu’à tout récemment de fossiles d’hominidés datés d’entre trois et deux millions d’années. Et l’on ne s’expliquait pas pourquoi les paranthropes, ou « Australopithèques robustes », s’étaient éteints il y a un million d’années, alors que le genre Homo, plus fragile, a prospéré et s’est répandu sur toute la planète, comme on sait.

Dans le documentaire, le scientifique explique que c’est la façon dont les petits étaient élevés et en particulièrement l’âge auquel ils étaient sevrés qui a fait la différence.

Grâce à l’analyse de l’émail des dents [2], les chercheurs ont pu montrer [3] que « les enfants des premiers Homo étaient allaités dans des proportions significatives jusqu’à environ trois ou quatre ans, ce qui a probablement joué un rôle dans l’apparition de traits spécifiques à la lignée humaine, tels que le développement du cerveau. En revanche, les nourrissons de Paranthropus robustus, qui ont disparu depuis environ un million d’années et constituaient pourtant une espèce plus robuste en termes d’anatomie dentaire, de même que les nourrissons d’Australopithecus africanus, cessaient de boire des quantités appréciables de lait maternel au cours des premiers mois de la vie » [4].

Sevré tardivement et donc plus protégé et éduqué, Homo a survécu et a développé son intelligence notamment grâce à l’allaitement long !

 

[1] « Kromdraai, à la découverte du premier humain » : un documentaire spectaculaire.
[2] Plus précisément les proportions des isotopes stables de calcium, qui sont fonction de la consommation de lait maternel par les enfants.
[3] Théo Tacail, Jeremy E. Martin, Florent Arnaud-Godet, J. Francis Thackeray, Thure E. Cerling, José Braga, Vincent Balter, Calcium isotopic patterns in enamel reflect different nursing behaviors among South African early hominins, Science Advances 2019 ; 5 (8) : eaax3250.
[4] First human ancestors breastfed for longer than contemporary relatives.

A propos de l'auteur

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef de la revue "Allaiter aujourd'hui !" Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Prochains événements

  • Aucun événement à venir

Derniers Tweets

Archives