Soutien-gorge : en avoir ou pas

Soutien-gorge : en avoir ou pas

Quand une femme enceinte projette d’allaiter son futur bébé, dans la liste des objets qu’on lui demande d’apporter à la maternité figure presque toujours un voire plusieurs soutiens-gorge d’allaitement. Mais comme il est bien difficile de savoir, en fin de grossesse, quelle taille auront les seins une fois l’allaitement démarré, c’est souvent un achat pour rien, qui arrange surtout… les magasins et sites spécialisés en lingerie d’allaitement.

Il faut dire que, contrairement à ce qui existait il y a une vingtaine d’années, où l’on ne trouvait que quelques rares spécimens plutôt austères et tristounets, les marques ont multiplié les modèles, tous plus affriolants (et chers) les uns que les autres.

Mais même si l’on peut avoir envie de rester sexy en allaitant, ce genre d’achat n’est vraiment pas une obligation. On peut en effet très bien utiliser un soutien-gorge « ordinaire » dans lequel on se sent bien, qui ne comprime pas les seins et sans armatures (sinon, gare aux canaux bouchés…), et l’adapter à l’allaitement. Il suffit pour cela de découdre ou couper les bretelles au niveau des bonnets, puis d’y coudre soit des attaches de maillot de bain, soit des agrafes de soutien-gorge, soit des boutons pression. On peut aussi, sans aucune couture pour le coup, utiliser une simple brassière souple, qu’on peut facilement abaisser ou remonter pour dégager le sein, sans avoir rien à décrocher

Et si l’on pouvait… ne pas en mettre ? Un certain nombre de femmes se rendent en effet compte rapidement qu’à moins de passer son temps à décrocher et raccrocher les bonnets, allaitement à la demande et soutien-gorge ne vont pas très bien ensemble… Elles vont passer quelques jours le soutien-gorge dégrafé avant de le ranger dans un tiroir.

Parfois, c’est même dès la maternité que, gardant leur bébé sur elles en peau à peau, elles se seront rendu compte que le soutien-gorge est non seulement inutile, mais gênant dans la mesure où il s’interpose entre elles et leur bébé. Plus tard, dans la vie de tous les jours, il sera tellement plus facile (et discret) d’avoir juste à soulever un haut pour donner accès au sein, sans avoir en plus à dégrafer un soutien-gorge.

Mais les fuites, alors ? Comment les éponger si on ne peut pas coincer des coussinets absorbants dans un soutien-gorge ? D’abord, les femmes qui allaitent n’ont pas toutes des fuites. Pour celles qui en ont, cela ne dure souvent qu’un temps. Et l’on peut empêcher tout écoulement en appuyant fermement sur ses seins avec ses bras croisés dès qu’on sent des picotements annonciateurs… Bien sûr, certaines ne se sentiront pas à l’aise sans soutien-gorge. Soit en raison de fuites importantes et persistantes. Soit parce que leur très forte poitrine a vraiment besoin d’être soutenue, y compris pendant la tétée pour ne pas gêner la succion du bébé.

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Derniers Tweets

Archives

dapibus accumsan tristique venenatis dictum ut id

Pin It on Pinterest