Colostrum : l’or liquide

Colostrum : l’or liquide

Colostrum, la qualité…

Toute quantité de lait maternel est bonne à prendre, que ce soit pour trois jours, trois semaines, trois mois ou trois ans. Dire que les effets de l’allaitement sont « dose-dépendants » signifie bien que, si une dose plus forte aura effectivement plus d’effet, une faible dose en aura quand même, au moins sur certains points.
Et quand on sait la richesse du colostrum en anticorps (100 g d’IgA par litre !), qui en fait le premier vaccin du bébé, on peut imaginer qu’un bébé qui a reçu trois jours de cet « or liquide » a déjà bien de la chance.

Des études ont montré que le colostrum était une source naturelle de probiotiques [1], avait des propriétés anti-choléra [2], anti-amibiens [3], anti-herpès [4], pouvait phagocyter et tuer in vitro des microorganismes comme Escherichia coli et Candida albicans [5], neutraliser des toxines [6], contenait des leucocytes capables de fabriquer de l’interféron [7], aux propriétés antivirales, etc., etc. On a même pu montrer que le taux d’immunoglobulines A (IgA) pendant tout le premier mois de vie était corrélé au taux de TGF-beta (transforming growth factor-beta) dans le colostrum, ce qui, pour les chercheurs, pourrait indiquer que le TGF-beta contenu dans le colostrum sert de « starter » pour la production d’IgA chez les nourrissons [8]. Le colostrum stimule également la sécrétion de cytokines, ce qui peut avoir un impact durable sur la façon dont évoluera le système immunitaire de l’enfant [9].

… et la quantité

Les mères, et les équipes de maternité, ont souvent peur que le colostrum soit produit en trop petite quantité pour contenter les bébés.
On sait pourtant qu’à la naissance, l’estomac n’est pas plus gros qu’une bille, et donc vite rempli.
En 2010, une étude brésilienne [10] est venue confirmer que ces petites quantités sont bien ce dont ont besoin les bébés les tout premiers jours. Elle a mesuré la quantité de colostrum ingérée par 90 nouveau-nés pendant les 24 premières heures après la naissance, à l’aide d’une balance ultrasensible, et l’a estimée à… 15 g en moyenne (+/-11 g). Beaucoup moins que ce qu’on fait ingurgiter aux bébés au biberon à la même période, ce qui amène à penser qu’ils sont sans doute gavés…

En tirer avant la naissance ?

Récemment, on a recommencé à parler de la possibilité d’exprimer, en fin de grossesse, un peu de colostrum, congelé, stocké et donné au nouveau-né en cas de besoin
Certains se sont inquiétés : cela ne pourrait-il pas provoquer des contractions utérines et un accouchement prématuré ? Une étude australienne randomisée faite sur 635 femmes diabétiques [11], la moitié étant incitée à pratiquer l’expression anténatale et l’autre non, a conclu que cela n’avait induit aucun impact néfaste chez la mère ou l’enfant et qu’il n’y avait donc pas de problème à la conseiller, au moins à partir de 36 semaines de grossesse.

 

[1] Novak FR, Human colostrum : a natural source of probiotics ?, J Pediatr (Rio J) 2001 ; 77(4) : 265-70.
[2] Majumdar AS, Ghose AC, Protective properties of anticholera antibodies in human colostrum, Infection and Immunity 1982 ; 36(3) : 962-965.
[3] Acosta-Altamirano G et al, Anti-amoebic properties of human colostrum, Adv Exp Med Biol 1987 ; 216B : 1347-52.
[4] Kohl S et al, Human colostral cytotoxicity : antibody-dependent cellular cytotoxicity against Herpes simplex viral-infected cells mediated by colostral cells, J Clin Lab Immunol 1978 ; 1(3) : 221-4.
[5] Ho PC, Lawton JW, Human colostral cells : phagocytosis and killing of E. Coli and C. albicans, J Pediatr 1978 ; 93(6) : 910-15.
[6] Kim K et al, In vitro and in vivo neutralizing activity of human colostrum and milk against purified toxins A and B of Clostridium difficile, J Infect Dis 1984 ; 150(1) : 57-62.
[7] Lawton JW et al, Interferon synthesis by human colostal leucocytes, Arch Dis Chilhood 1979 ; 54 : 127-130.
[8] Ogawa J et al, Role of transforming growth factor-beta in breast milk for initiation of IgA production in newborn infants, Early Hum Dev 2004 ; 77(1-2) : 67-75.
[9] Bocci V et al, What is the role of cytokines in human colostrum, J Biol Regul Homeost Agents 1991 ; 5(4) : 121-124.
[10] Santoro W et al, Colostrum ingested during the first day of life by exclusively breastfed healthy newborn infants, J Pediatr 2010 ; 156(1) : 29-32.
[11] Foster DA, « Advising women with diabetes in pregnancy to express breastmilk in late pregnancy (Diabetes and Antenatal Milk Expressing [DAME]) : a multicentre, unblinded, randomised controlled trial », The Lancet, 2017 ; 389(10085) : 2204-2213.

 

Extraits de L’allaitement de A à Z, collection 1001 bébés, Érès, 2018.

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Prochains événements

Derniers Tweets

Archives

dolor. nec ut libero. id, Aenean non Nullam Donec

Pin It on Pinterest