L’altruisme, ça se cultive

L’altruisme, ça se cultive

Ces derniers temps, les documentaires sur l’empathie et l’altruisme se multiplient comme des petits pains ! Ce qui est sans doute le signe d’un intérêt accru de la société pour le sujet, en ces temps troublés. Dernier en date (à ma connaissance !), Vers un monde altruiste ? diffusé sur Arte en février 2016 [1].
Mais d’abord, comment définir l’altruisme ? Pour Daniel Batson [2], psychologue américain à la retraite, cela consiste à agir pour le bien des autres, dans leur intérêt et non dans le nôtre.
Et c’est plus répandu qu’on pourrait le penser. Ainsi, dans une série d’expériences faites il y a une trentaine d’années, on faisait semblant d’administrer des chocs électriques à une jeune femme ; quand on proposait aux spectateurs soit de partir soit de prendre sa place, la majorité acceptaient de la remplacer !
Pourquoi ? Par « souci empathique », bien étudié de nos jours par les neurosciences. Dans une autre expérience plus récente, faite cette fois sur de jeunes couples, on fait (encore !) semblant d’administrer une décharge électrique à la femme… et le réseau de la douleur est activé dans le cerveau de l’homme. Pour le cerveau, souffrir ou voir souffrir, c’est la même chose. Notre cerveau est « câblé pour être en empathie ».

Dès la petite enfance

Ce comportement d’aide et d’empathie s’observe dès la petite enfance, comme le montrent nombre d’expériences faites à l’Institut Max-Planck.
Dès 15 mois, les enfants empêchent qu’on déchire le dessin fait par un autre enfant.
Ils ramassent un objet que l’adulte a laissé tomber.
Ils aident tous automatiquement et naturellement, et ce même si cela leur demande un effort. Mieux : si l’on récompense certains enfants et pas d’autres, ce sont ceux qui n’ont pas reçu de récompense qui continuent à aider, les récompensés aident moins !
Même des bébés de 3 et 6 mois montrent un « jugement moral » en choisissant de préférence la marionnette qui a eu un « bon » comportement.

Nous et « les autres »

Mais alors, pourquoi les conflits, pourquoi les haines, pourquoi les guerres ?
C’est qu’il semblerait que l’empathie a ses limites.
Toujours dans des expériences faites avec des bébés, on observe que huit fois sur dix, ils vont préférer ceux qui aiment les mêmes choses qu’eux.
Très tôt donc, on distingue « nous », les « gens comme moi », et… les autres. Et il n’y a pas loin entre distinguer et opposer : « nous » contre « eux ».

Élargir notre cercle moral ?

Il faut donc non seulement nourrir l’empathie (comme je l’écrivais dans ma chronique de GA n° 55, « cette capacité innée de “se mettre à la place de l’autre” en ressentant ses émotions a besoin, pour se développer, d’être nourrie par une relation avec des adultes empathiques »), il faut aussi l’élargir à un cercle plus vaste que les proches. L’élargir à tous nos frères humains (voire, pourquoi pas, à tous les êtres vivants).
Pour cela, le documentaire propose une piste, celle de la méditation. Surprenant, à première vue, mais on sait maintenant que la méditation provoque des changements fonctionnels dans le cerveau, observables par l’imagerie cérébrale. Et des expériences ont été faites dans différentes écoles, par exemple dans une école maternelle où quelques minutes de méditation quotidienne ont fait nettement baisser le nombre de comportements agressifs. Ou encore dans deux établissements de quartiers défavorisés de Baltimore (États-Unis) en proie à la pauvreté et à la violence. En France aussi, la méditation commence à apparaître dans les salles de classe [3].
Alors, chiche, on élargit le cercle ?

 

[1] Vers un monde altruiste ?
[2] L’hypothèse faite par Daniel Batson d’un altruisme véritable
[3] La méditation pleine conscience aide au bien-être des enfants

 

Cet article a été publié dans le n° 59 de Grandir autrement.

About The Author

Claude Didierjean-Jouveau

Animatrice de La Leche League France, rédactrice en chef d'Allaiter aujourd'hui ! Auteur de plusieurs ouvrages sur l'allaitement, la naissance et le maternage.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1

Newsletter

Prochains événements

Derniers Tweets

Archives

94e000e7cc711f5f40861d02ec8b6589jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj

Pin It on Pinterest